Photo

Divine Lirurgie Orthodoxe

vendredi 24 juin 2016

La Divine Liturgie Orthodoxe interprétée et commentée selon la Tradition et les expériences de nombreux prêtres, moines et laïcs Orthodoxes ╰⊰¸¸.•¨* Introduction



DIVINE LITURGIE ORTHODOXE

FRANCE OF MY HEART



PROTOPRESBYTRE STÉPHANE ANAGNOSTOPOULOS

VIVRE LA DIVINE LITURGIE

La divine liturgie orthodoxe interprétée et

commentée selon la Tradition et les expériences de

nombreux prêtres, moines et laïcs orthodoxes

LE PIRÉE 2011

Traduit du grec
par l’archimandrite

Éphrem Triantaphyllópoulos
Vicaire Général du Saint Évêché de Sissánion et de Siatista
CP 503 00 Siatista, Grèce.

Tél. 00302465021365 ou 00306977179788 mob.
Fax : 00302465021204

Source:

https://www.scribd.com/doc/264379276/PROTOPRESBYTRE-STEPHANE-ANAGNOSTOPOULOS-VIVRE-LA-DIVINE-LITURGIE-pdf

INTRODUCTION

Les chrétiens qui fréquentaient l’église de sainte Barbe à Kératsíni du Pirée où j’officie, m’ont demandé à plusieurs reprises des homélies vespérales ayant pour objet la Divine Liturgie et son explication.

Conscient de mon manque d’aptitude à faire des sermons, ainsi que des défauts de mon expression orale extrêmement pauvre, sans élégance et  pleine de fautes, j’ai d’abord hésité. Cependant, quelques années plus tard, me fondant sur bien des manuels et des travaux remarquables, j’ai osé embellir les interprétations existantes par des apports charismatiques du mystère redoutable du sacrifice non-sanglant de Jésus-Christ, confirmés par des expériences relatées ici telles qu’elles m’ont été confiées en privé par quelques âmes pures et humbles et après avoir réfléchi sur certains événements, s’y rapportant.

Ainsi, la première homélie vespérale a eu lieu au mois d’octobre 1992 et la dernière en mars 1995. Au total, cinquante-deux homélies enregistrées, ont été faites.

Le but principal de ces homélies était de guider le peuple de Dieu vers une participation plus vivante, plus chaleureuse et plus authentique au sacrement de la communion avec Jésus-Christ le Sauveur, pour la transfiguration et la déification de l’homme dans sa totalité.

Cependant, pour que la grandeur inaccessible de la Divine Liturgie soit mise en relief et que les fidèles, participant ou non au Calice de vie, puissent en profiter, j’ai essayé de me référer à des événements réels qui ont une relation directe ou indirecte avec le sacre ment de l’eucharistie.

Ces cas d’expérience ont été tirés d’une multitude de «Livres des Anciens» (livres avec des recueils de maximes et de récits des vies des saints), de tout ce que des ancien (anciens, prêtres-ascètes sanctifiés), des curés justes et humbles qui vivent dans le monde, des moines du Mont Athos ou enfin, des laïcs pieux ont bien voulu me confier, ainsi que de ce que j’ai pu moi-même voir ou entendre pendant les quarante-trois années de ma vie de prêtre.

Ces témoignages authentiques sur la Liturgie, qui proviennent de prêtres de tout rang, de combattants spirituels, mais aussi de laïcs, connus ou anonymes, ont été vérifiés par des pères spirituels expérimentés, afin d’éviter les ruses du malin, les illusions, les imaginations et les égarements.

Ces témoignages constituent l’élément particulier des homélies en question, étant donné la richesse inépuisable et inégalable qui peut caractériser une explication de la Divine Liturgie.

Le pieux lecteur remarquera que ces récits vérifiés se rapportent à certains moments particulièrement
merveilleux de la Divine Liturgie, comme l’Hymne des Chérubins, la grande ou la petite Entrée, la consécration des saintes es pèces, la sainte communion. Ils sont répartis dans tout le corps du texte, visant exclusivement à apporter un profit spirituel au cœur des lecteurs, indépendamment de la partie de la Divine Liturgie qu’on y analyse.

Dès la première homélie, nous avons constaté que ces narrations vérifiées motivaient les auditeurs,
que leur piété s’en trouvait renforcée aussi bien que leur respect envers le Mystère roy al de la Divine Liturgie. Ainsi, leur préparation pour la réception de la sainte communion prenait déjà des dimensions plus spirituelles. Toutes ces homélies ont été enregistrées et mises à la disposition de nombreux chrétiens, qui ont pu ainsi en prendre connaissance [Les homélies paraîtront aussi en CD].

Bien des prêtres, ainsi que des laïcs, m’ont vite proposé de les publier. Rien que d’y penser, j’en tremblais. Finalement, au bout de sept ans, j’ai cédé, les homélies ont été transcrites et publiées
dans ce volume. Le texte conserve le style du langage oral, propre au sermon, avec les corrections
nécessaires, jugées indispensables, apportées par des théologiens, des  philologues et d’autres pieux chrétiens. Je les remercie fort parce qu’ils se sont sur passés et je souhaite que les dons salutaires de Dieu remplissent abondamment leurs cœurs.

Pendant la période des dix ans qui a suivi la présentation orale de ces homélies-sermons, bien d’autres événements apparents et aussi merveilleux que ceux déjà mentionnés auparavant, m’ont été rapportés par des prêtres et des laïcs. Certains d’entre eux ont été inclus dans la présente édition l’enrichissant encore plus.

À bien des âmes, ces sermons ont été d’un grand profit spirituel, les aidant à mieux prendre conscience, autant qu’il était possible, de la grandeur de la Divine Liturgie. C’est pour cela que, je procède maintenant à leur publication et je souhaite humblement et de tout mon cœur que certaines âmes, même si elles ne sont que peu nombreuses, puissent tirer profit de leur lecture grâce à leur présentation dans le présent volume.

Pour toute omission ou exagération, je demande humblement pardon car, elles proviennent de mes imperfections. Mon but était, et demeure, le profit spirituel, fût-ce d’une seule âme, surtout quand il s’agit de l’âme d’un prêtre.

Rédigé 
le 31 août 2002,
Fête de la Déposition de la sainte Ceinture
de la Vierge.

Celui qui n’est que «terre et cendre»
+ Père Stéphane

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire