Photo

Divine Lirurgie Orthodoxe

vendredi 9 novembre 2018

Divine Liturgie: Pourquoi ne lit-t-on pas d’abord le saint Évangile et après l’épître?

http://heavenonearthorthodoxy.wordpress.com

HEAVEN ON EARTH - ORTHODOXY


Divine Liturgie:

Pourquoi ne lit-t-on pas d’abord le saint Évangile et après l’épître?

Saint Nicolas Cabasilas demande: «Pourquoi ne lit-t-on pas d’abord le saint Évangile et après l’épître? Ensuite il répond: ce que le Seigneur Lui-même dit, est une révélation plus complète que celle dont nous parlent les apôtres. En outre, nous avons dit que les événements pendant la Divine Liturgie correspondent à une révélation progressive et suivent un cours ascendant échelonné, avançant de l’inférieur au supérieur. Pour cela nous lisons d’abord l’épître et après le passage évangélique» (Saint Nicolas Cabasilas P.G. 150, 416 C).

Source:

https://www.scribd.com/doc/264379276/PROTOPRESBYTRE-STEPHANE-ANAGNOSTOPOULOS-VIVRE-LA-DIVINE-LITURGIE-pdf

La table eucharistique de la Sainte Communion pendant l’office divin - Saint Nicolas Cabasilas


COMING HOME - ORTHODOXY



La table eucharistique 

de la Sainte Communion pendant l’office divin

Saint Nicolas Cabasilas:

«La table eucharistique de la Sainte Communion pendant l’office divin», dit saint Nicolas Cabasilas, «fait que nous demeurions en Christ et que le Christ demeure en nous parce qu’Il a lui même dit: "Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui". Il est pour nous à la fois l’habitant et la demeure… et nous sommes heureux de notre habitat et très heureux d’un tel Maître divin».

Source:

https://www.scribd.com/doc/264379276/PROTOPRESBYTRE-STEPHANE-ANAGNOSTOPOULOS-VIVRE-LA-DIVINE-LITURGIE-pdf

samedi 13 octobre 2018

Père Démétrius Gagastáthis, un saint moderne de la Grèce (+1975): Dans chaque Divine Liturgie un parfum délicat se dégage de l’ autel de l’église


SAINTS OF MY HEART



Père Démétrius Gagastáthis, un saint moderne de la Grèce (+1975):

«Même maintenant, à chaque Divine Liturgie, un parfum délicat se dégage de l’ autel de l’église des Archanges après la grande entrée, quand j’y place les saints dons».

Père Démétrius Gagastáthis avouait que «pendant l’hymne des Chérubins, une bonne odeur montait de l’ autel…il sortait comme un rayon de fumée et parfumait l’église entière. C’était une liturgie qui nous remplissait de componction et que les mots ne peuvent décrire. Voilà notre Foi qui s’écrie qu’elle est vivante!».

Source:

https://www.scribd.com/doc/264379276/PROTOPRESBYTRE-STEPHANE-ANAGNOSTOPOULOS-VIVRE-LA-DIVINE-LITURGIE-pdf

Père Stéphane Anagnostopoulos

Vivre la Divine Liturgie

Expériences Liturgiques

Le Pirée 2011


samedi 6 octobre 2018

Paul Evdokimov, France: "A travers le culte liturgique, la Bible devient étonnamment vivante et le ciel tout proche, intime, presque palpable"


FRANCE DE MON CŒUR


Le regretté Paul Evdokimov, dans son livre bien connu “L’Orthodoxie”, faisait la remarque suivante :

“Si les Églises orthodoxes sont si pleines de lumière, de chaleur, d’intimité, c’est que chaque point des murs est animé et représente le ciel. Ainsi, l’homme se trouve en communion avec ses propres aînés, les anges, les prophètes, les apôtres, les martyrs et les saints ; l’homme est véritablement en visite chez Dieu et dans le ciel. A travers l’icône, le culte liturgique, les rites qui participent tout naturellement aux détails de la vie quotidienne, la Bible devient étonnamment vivante et le ciel tout proche, intime, presque palpable”.

samedi 29 septembre 2018

Saint Paisios l'Athonite (+1994): L'extase spirituelle pendant la Liturgie - Père Tychon l'Athonite de la Russie (+1968)


EX 2X2 LETTERS FROM GREECE



Père Tychon l'Athonite de la Russie (1884-1968), 

Père Spirituel de Saint Paisios l'Athonite (+1994)


Saint Paisios l'Athonite (+1994):

L'extase spirituelle pendant la Liturgie

Père Tychon l'Athonite de la Russie (+1968)

Saint Paisios l'Athonite:

"Pour la Divine Liturgie, l'Ancien demandait au moine qui venait l'aider et servir comme chantre de se présenter au matin lorsqu'il faisait clair. Pendant la Divine Liturgie, il demandait au moine de rester dans l'étroit couloir hors de la chapelle et de chanter "Kyrie eleison" à cet endroit, afin que lui, père Tychon, puisse se sentir totalement seul et à l'aise pour sa prière. Lorsqu'ils arrivaient au Cherubikon, père Tychon était enlevé dans une extase spirituelle qui durait de 20 à 30 minutes, et le chantre était obligé de répéter l'hymne des Chérubins tout ce temps, jusqu'à ce qu'il entende les pas de l'ancien à la Grande Entrée. Lorsque le service liturgique était achevé et que je demandais à l'ancien ce qu'il avait vu, il répondait "Les chérubins et les séraphins glorifiant Dieu!" Et il ajoutait "Après une demi-heure, mon Ange gardien me ramène et alors je continue à célébrer la Divine Liturgie".

samedi 22 septembre 2018

Divine Liturgie: Pour que la Paix qui vient d'En-Haut se répande dans nos âmes! - Père Stéphane Anagnostopoulos


Divine Liturgie: Pour que la Paix qui vient d'En-Haut se répande dans nos âmes!

Père Stéphane Anagnostopoulos

Père Stéphane Anagnostopoulos:

Lors de la divine Liturgie, durant la grande ecténie (voir vidéo ci-dessous) , l’une des premières demandes que proclame le diacre ou le prêtre est la suivante: «Pour la Paix qui vient d’En-Haut et le Salut de nos âmes, prions le seigneur».

Cette demande se divise en deux demandes particulières :

La première se rapporte à la paix qui provient de notre Père, le Dieu céleste et la deuxième au salut de nos âmes.

Concernant la première demande: « pour la Paix qui vient d’en haut »,  il existe vraiment une Paix céleste qui jaillit du Lieu très Saint pour se répandre dans le cœur de l'Homme vraiment chrétien.

Cette Paix-là les Anges l'ont chanté pendant la nuit de la nativité quand ils chantaient: « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et Paix sur la terre à Ses bien-aimés ».

C’est également la paix qui vient d’En-Haut que  le seigneur a donné à Ses disciples en leur disant : « Je vous laisse la Paix, Je vous donne Ma paix ».

Il s’agit d’une force spirituelle  remplie de Grâce qui s’empare du  lieu intérieur, de son cœur et qui s’épanche dans le monde psychosomatique entier de l’homme: à cet instant, les pensées s’apaisent et se tranquillisent.

Les sens sont calmes.  Le corps aussi est dans la Paix et une sérénité infinie domine sur tout l’homme. Il ressent le besoin de partager ce qu’il ressent à ceux qui l’entourent, tout comme jadis l’apôtre Pierre aux boiteux. Même les animaux comprennent cette paix et deviennent amicaux envers l’homme ainsi sanctifié par cette Paix qui vient d’En-Haut.

Les gens qui vivent dans le péché et la corruption de ce monde comprennent tout différemment la prédication de l’Eglise sur la Paix, car ils veulent une paix extérieure pour vivre et demeurer sans danger, sans famine, sans malheur, perturbations, rébellion et guerres. Dans ce but,  ils manifestent avec des slogans du type : «faîtes l’amour pas la guerre !». Ils demandent à vivre sans Dieu, sans Eglise ou Mystères, sans Evangiles, sans la Loi de Dieu. Ils désirent une paix sans interdiction sans règle. Une paix sans barrière morale. Ils aiment la paix de la société de consommation et les plaisirs matériels et charnels. Une paix sans les labeurs des vertus. Une telle paix d’abord Dieu ne la veut pas et en plus, elle n’a rien à voir avec la Paix que les fidèles demandent à la divine liturgie: «Pour la Paix qui vient d’En-Haut, prions le seigneur».

Ceux qui croient sincèrement et se repentent  en déposant tout son péché et tous ses sentiments de culpabilité au pied de la Croix sous l’étole du père spirituel ou du confesseur ressort profondément calme du sacrement de confession. Il s’agit d’une paix qui dépasse toute intelligence incompréhensible. Ils ne peuvent ni la compter, ni la décrire, ni la raconter.

Source:

Tiré du livre "Expériences Liturgiques"

de l'archiprêtre Stéphanos Anagnostopoulos

Ed. Le Pierée 2008.

samedi 15 septembre 2018

Les offices liturgiques et la prière personnelle - Saint Théophane le Reclus de la Russie (+1894)


RUSSIA OF MY HEART



Saint Théophane le Reclus (+1894)

Les offices liturgiques et la prière personnelle

Dans la spiritualité orthodoxe, nous reconnaissons deux types de base de prière: les offices liturgiques et la prière personnelle. Dans notre Eglise ces deux types de prière sont compris comme allant ensemble - ils sont effectués par les croyants comme un seul corps, le corps du Christ.

La prière liturgique est évidemment communautaire. Un groupe de frères et de sœurs dans la foi se réunissent en un même lieu pour offrir des hymnes et des prières à Dieu. Mais même lorsque nous prions en privé, nous ne prions pas seul. Au contraire, nous joignons notre voix à celle d'innombrables autres chrétiens orthodoxes du monde entier qui élèvent leur cœur vers Dieu dans la prière au même moment. Le christianisme est toujours vécu comme une vie de groupe, jamais comme celle d’un individu isolé.

Liturgie et prière privée sont interdépendantes. Pour nous la prière individuelle ne suffit pas, parce que chaque être humain a un besoin inné de communauté, un besoin d'appartenance. Notre culte liturgique nous donne également l'ordre et la structure dont nous avons besoin pour la stabilité dans notre vie spirituelle.

En même temps, notre prière liturgique n’est vraiment vivante et vivifiante que lorsque les personnes présentes aussi bien sont des "gens de prière" en dehors des offices. Notre foi n'est pas pour "le dimanche seulement" et donc notre vie de prière ne doit pas non plus être seulement le dimanche. Chaque type de prière, liturgique et personnelle, complète et amplifie l’autre.

Dans la prière personnelle et le culte ensemble, la structure est importante. Les offices de l’église ont une structure composée de parties fixes et d’autres variables. Bien que notre prière personnelle puisse être beaucoup plus simple et davantage "personnalisée" que les offices, nous la structurons cependant comme une partie de notre vie quotidienne. Dans notre vie de prière personnelle, nous avons besoin de développer une habitude de prier régulièrement à certains moments de la journée. Cette habitude de la prière régulière est appelée une "règle de prière."

Source:

Les Lettres de direction spirituelle

de Saint Théophane le Reclus

samedi 8 septembre 2018

L'usage de psaumes et de versets choisis par Père Placide Deseille, France


FRANCE OF MY HEART


L'usage de psaumes et de versets choisis 

par Père Placide Deseille, France

"Pour être fructueuse la récitation suivie du Psautier présuppose une connaissance approfondie de l'Écriture qui a toujours été l'apanage des moines et des chrétiens plus fervents et plus formés.

C'est pourquoi, dans la liturgie des églises séculières, on recourait plus volontiers à des psaumes choisis en fonction de l'heure – par exemple les psaumes 148, 149 et 150 à l'office du matin, le psaume 140 à celui du soir, le psaume 50 en maintes circonstances – ou des fêtes liturgiques.

De même, dans la prière personnelle, il est possible de recourir à des psaumes variés, en fonction des besoins du moment : saint Athanase, dans sa lettre à Marcellin [...], dresse un long catalogue des psaumes, classés par sujets.

Une autre manière encore d'utiliser les psaumes est d'employer des versets isolés ou des groupes de versets, également en fonction de nécessités précises. C'est le cas, dans les livres liturgiques, des versets, des répons, des prokimena qui jalonnent les offices.

Dans la prière personnelle, le choix des versets sera commandé par les besoins de l'âme, la nature des tentations à vaincre ou des sentiments à exprimer.  [...] La Vie de saint Antoine nous donne un exemple en quelque sorte archétypique de cet usage des psaumes : Antoine oppose à la tentation les versets du psaume 67 que la tradition liturgique a liés indissolublement à la célébration pascale de la victoire du Christ: «Que Dieu se lève et que ses ennemis soient dispersés, et que ceux qui le haïssent fuient devant sa face.» Manière significative de suggérer que dans l'ascète, c'est le Christ qui revit son triomphe sur Satan. L'antirrhétique d'Évagre le Pontique – dont le choix s'étend d'ailleurs à des versets de toute l'Écriture – est l'exemple le plus systématique de cet usage dont les Vies des saints offrent d'innombrables témoignages."

Source:

Père Placide Deseille

Psaumes Prières de l’Église

1979

vendredi 31 août 2018

Saint Brendan le Navigateur de l'Irlande célèbre la Divine Liturgie sur une baleine (+578)


IRELAND OF MY HEART




Saint Brendan de l’Irlande célèbre la Divine Liturgie sur une baleine


Saint Brendan le Navigateur de l’Irlande (+578)

Saint Brendan de Clonfert ou Bréanainn de Clonfert, né vers 484 à Ciarraight Luachra ou Kerry-Luachra, province d’Altraich-Cuile du royaume de Munster (dans l’actuel comté de Kerry, en Irlande), et mort en 571 à Enachduin ou Annaghdown/Annadown), surnommé le Navigateur ou le Chief Prophet of Ireland, est l’un de ces saints moines du christianisme irlandais dont la vie a occulté l’histoire.

Baptisé par l’évêque Erec, Brendan est contemporain de saint Benoît. Il a 11 ans quand saint Patrick, l’évangélisateur de l’Irlande, meurt.

Brendan (aussi orthographié Brandan, Brendaine, Bridoine, Brévalaire, …) se prépare à la vie monastique à l’abbaye de Llancarfan, dans le royaume de Gwent, auprès de clercs qui lui enseignent le latin, le grec, la littérature, les mathématiques, l’astronomie et la médecine.

Vers 515-524 son premier grand voyage le conduit aux îles Féroé et en Islande à bord d’un coracle.

Dans la tradition celte de l’immram, il part ensuite pour une quête de sept ans à la recherche du jardin d’Éden. Il s’aventure sur l’océan Atlantique avec une petite embarcation (probablement un currach) et plusieurs moines, probablement vers l’an 530. Il revient en Irlande en affirmant avoir découvert une île (par la suite nommée Île de Saint-Brendan) qu’il assimile au Paradis ; le récit rapidement propagé de ses aventures attire de nombreux pèlerins à Aldfert, le village d’où il avait pris son départ.

Selon la tradition, saint Brendan a écrit des règles monastiques sous la dictée des anges. Il voyage dans les îles Britanniques et en Bretagne pendant près de vingt-cinq ans. À l’estuaire de la Rance, il fonde un couvent à Aleth (à côté de Saint-Malo).

En 561, il retourne en Irlande où il fonde le monastère de Clonfert dans le comté de Galway.

Il meurt entre 574 et 578 auprès de sa sœur cadette, abbesse fondatrice d’Enach Dvin.

Après d’abord avoir été condamné, il fut canonisé par l’Église, fixant sa fête au 16 mai.

Tim Severin

En 1976, l’Irlandais Tim Severin construit une barque en peaux de bêtes tendues et en atteignant Terre-Neuve par les îles Féroé et l’Islande, prouve que le voyage de Brendan jusqu’en Amérique était techniquement possible.

Source: Wikipedia

vendredi 17 août 2018

Le père Jacques Tsalíkis de Eubée, un saint moderne de la Grèce (+1991), a vu et touché le Sang très saint du Seigneur



Le père Jacques Tsalíkis de Eubée, 

un saint moderne de la Grèce (+1991), a vu et touché 

le Sang très saint du Seigneur

Dans la biographie du père Jacques Tsalíkis, ancien du monastère de saint David [Monastère qui se trouve en Eubée, une île grecque], un professeur d’université qui a été un de ses enfants spirituels, rapporte l’événement suivant:

«Le père Jacques a vu et touché le Sang très saint du Seigneur».

Ce très grand et très admirable miracle que Dieu lui a accordé, a eu lieu le matin du 22 novembre 1975. Le père en a été tellement bouleversé qu’il l’a consigné par écrit. Ces notes ont été retrouvées
après sa dormition dans l’ un des ses cahiers.

Datées de ce même jour, elles comportent exactement les mots suivants: «Le 22 novembre, samedi matin, à l’office de la Préparation à la Prothèse, après la commémoraison et au moment où  j’allais procéder à la couverture des Saints Dons, j’ai vu d’une façon bien vivante, et je l’avoue en tout e humilité, un morceau de Sang séché, que j’ai touché de mon doigt! Il y avait du sang sur mon doigt! Lorsque j’ai appelé du saint monastère père Séraphin et je lui ai dit tout ce qui s’était passé, il m’a répondu: «Père, nous, nous ne voyons rien. Toi, tu as vu ce que c’était?»

Moi, j’ai répondu que je crois et je me prosterne devant Dieu  Lui-même qui est présent. J’ai dit trois fois «Seigneur, aie pitié. Seigneur, aie pitié. Seigneur, aie pitié».

+ Archimandrite Jacques

Source:

https://www.scribd.com/doc/264379276/PROTOPRESBYTRE-STEPHANE-ANAGNOSTOPOULOS-VIVRE-LA-DIVINE-LITURGIE-pdf

Père Stéphane Anagnostopoulos

Vivre la Divine Liturgie

Expériences Liturgiques

Le Pirée 2011